D Strauss Khan

Depuis 2010, le portail de la prévention active :
© Marque et concept déposés.
Depuis mai 2010, pour vous Association France Prévention prévient dans de très nombreux domaines essentiels, pour ne pas subir.
Informations Solidarité Conseils
Écrivez-nous sur assoc.france.prevention@gmail.com ou au
01 71 20 68 29
 
Nos articles sont la propriété intellectuelle de leurs auteurs. Ils ne peuvent être ni reproduits, ni traduits et utilisés qu'à titre limité et personnel.

 Ici, la prévention est volontaire et c'est vous qui venez la chercher.
-------©

 
 

Peut et doit vraiment mieux faire pour réparer ce qui n'aurait jamais du être cassé…

Ou l'histoire d'une serviette de toilette compromettante…

M. Dominique Strauss-Khan et l'acte qui lui a été attribué, ont servi à qui à quoi ?

Aucune conclusion n'a été apporté à cette impressionnante déferlante de mots qui a secoué la planète.

Un aller qui conduisait droit dans le mur, les passagers du train de la rumeur qui s'amplifie.

A ce jour, le monsieur est muré dans le silence, sa famille portera sans aucun doute les traces indélébiles d'un acte supposé, qui au final reste encore à prouver ou qui au fond a véritablement existé, il n'y a que deux personnes qui peuvent le dire. Et apparemment, elles ne doivent plus se rencontrer seule à seule.

OK pour cette partie.

 

La seconde étape est de se souvenir d'au moins deux choses : avant, ces deux personnes étaient garantes de bons services envers leurs attributions respectives.

Après, on peut penser que tout a basculé ou qu'il a fallu faire un grand nombre d'efforts pour que cela redevienne comme avant.

OK pour cette partie.


Visiblement, une faille s'est révélée, prête à se propager comme celle que la terre connaît au cours d'un tremblement.

Les hommes ont le plus souvent crié au loup en disant que la dame était une menteuse.

Globalement, les femmes ont parlé de droit des victimes, de respect de la femme, d'agressions et de traumatismes.

Tout le monde ou presque s'est retourné contre Mme Sinclair et son soutien.

OK pour cette partie.


Même en sol américain, il semble assez difficile d'être d'accord avec un événement qui a fait sauter toutes les garanties à une vie privée, pour tous citoyens. Les faits se sont déroulé en milieu privé (chambre d'hôtel), sous les regards de personne : pas dans le hall, pas dans la piscine ou le sauna, pas au salon de coiffure ou à la Superette… Donc en toute logique, des secours ont été sollicités par la partie plaignante, à juste titre si elle est sincère, puis les institutions ont mis en branle la machine dite judiciaire.

A ce moment, toutes les autres interventions se justifient par quel biais ?


Les pratiques sexuelles de tous individus majeurs ne sont-elles pas confidentielles, intimes et dans les pays dits démocratiques, libres ? Les parties fines (le sens de l'expression est curieux) avec des professionnelles du sexe sont volontaires puisque professionnelles. Les mineures, dont il a été question de temps à autre, ont constitué un piment à l'information ou une réalité. A cet endroit, les encadrants de ces jeunes filles doivent réagir et proposer de bonnes solutions. Le consommateur, lui, est redevable également. Mais au départ de l'affaire, il n'était pas tout à fait question de cela.

Ensuite, lorsqu'une mise en danger est effective, nos états ont développé des moyens et des humains au service des victimes. Les deux sont sensés ne pas prendre position ou partie, même aux States ! Puis une enquête se met en place quelle que soit la méthode, américaine ou française mais dans ce cas précis, la vente de l'information a été immédiate ou presque.


Messieurs et Mesdames, il est certain de même que, vous comme nous, ne souhaitez pas toujours avoir des rapports sexuels avec l'un ou l'une et si il y a harcèlement moral ou physique aboutissant à un acte forcé, cela se nomme un viol. L'abus de faiblesse peut entériner le crime pénal, en ayant agi par la force, par la drogue ou l'indisposition physique (maladie, handicap)… Ou la force…

Mme Sinclair, épouse de M. Strauss-khan a choisi une conduite personnelle et privée que seule, elle, peut justifier auprès de son mari, de sa famille et d'elle-même.


Le plus troublant dans tout cela est la contribution internationale faite par tous les acheteurs de scoops sur scoops. Impressionnant quand on le juxtapose aux pères et mères de famille qui quémandent un droit au logement et au travail ! Ils ne sont toujours pas vendeurs, eux.


Mais un « scandale de c.. », c'est top, question adrénaline, ça fait vibrer un tas de trucs, du fantasme, à sans aucun doute, de grandes envolées dites croustillantes (drôle de mot car je n'ai jamais entendu croustillé dans l'acte ou alors je ne connais rien !)…

Hé bien ! Là aussi, on a de quoi être fier, L'Empire des sens est intact comme à l'origine du Monde !!

Voilà, ce qu'il faut à peu près tirer comme conclusions mais tout le monde a déjà mis un mouchoir par-dessus, brûler ou recycler les vieux journaux, sauf les deux familles et les deux concernés, sans doute.


Article Collectif

 

Tous droits réservés article L.111-1 et L.123-1
Notre structure ne dispose pas d'écoute téléphonique, nous agissons dans la prévention et non dans l'urgence.
Cet article est rédigé pour ce qu'il est et ne prétend pas à l'absolue connaissance.