Le Sadisme

Le portail de la prévention active.

© Marque et concept déposés.
Depuis mai 2010, pour vous Association France Prévention prévient dans de très nombreux domaines essentiels, pour ne pas subir.
Informations Solidarité Conseils
Écrivez-nous sur assoc.france.prevention chez gmail.com ou au
01 71 20 68 29
Nos articles sont la propriété intellectuelle de leurs auteurs. Ils ne peuvent être ni reproduits, ni traduits et utilisés qu'à titre limité et personnel.
 
 Ici, la prévention est volontaire et c'est vous qui venez la chercher.
-------©
 
 
 

A LIRE TRANQUILLEMENT MAIS SUREMENT pour comprendre les réalités.

https://www.cairn.info/revue-francaise-de-psychanalyse-2002-4-page-1043.htm

 

 

Le sadisme

En fait-on son éloge ?

 

Le sadique est parfois si violent et si terrifiant que la victime en est tétanisée. Son entourage peut ne pas comprendre ou trop bien comprendre et il se sauve au vu de la dangerosité du phénomène.

Oui ! Le sadique imprègne la mort sur son entourage et c'est malheureusement par ce biais qu'il paralyse.


Le sadique peut être un individu qui impose une sexualité destructrice ou des dictas de sexualité destructrice et il se fera des copains parmi les frustrés. Mais cet aspect n'est pas toujours très imprégné ou visible. Il peut se faire en silence dans l'intimité et le viol permanent de sa victime peut s'organiser pour de longues années.


Le sadique a les bonnes façons pour embobiner le mental des lambdas, ceux qui ne pensent pas à mal ou qui ne sont pas toujours en face de leurs convictions.


Le sadique a pour habitude de cibler le plus fort pour l'anéantir et en faire un exemple.

Il a l'habitude de faire de sa cible, le plus faible ou le plus attendrissant, aussi.

Ici, on parle bien de la perversion, celle qui conduit parfois au meurtre et toujours à la manipulation. Celle qui installe la confusion et le désordre dans les esprits, autant de la vraie victime que de son entourage, voire même de tout un pays. Celle qui s'auto-justifie et dépasse toutes les imaginations dans l'application de la souffrance.


Par les temps qui court nous sommes dans une phase montante du sadisme qui apporte son lot de guerres, si on laisse faire.

Dans certains cas, il est impératif de donner des sanctions et de les appliquer. L'ultra tolérance n'apporte que l'invasion et c'est pour cela que les sadiques (qui sont tout de même des pathos) envahissent lorsqu'un pays, un être humain ou un groupe est en difficulté.

Et puis, ils font des émules plus facilement que les piliers, les forces vives d'un pays. Oui, il est bien plus facile de corrompre, plus facile de détruire que de construire et de maintenir…


Comment un sadique séduit-il en dehors de la peur latente qu'il suscite ?
Il séduit en premier. C'est terrible, il séduit !

Puis au bout de quelques jours, de mois ou voire des années, il défait ses manteaux, ses maquillages, il montre ses vérités.

Est-ce trop tard lorsqu'il se dévoile ? Oui, assez souvent car lui est prêt à tout réaliser de ce qu'il a programmé.


Comment lutter contre lorsqu'il a fait ses premiers dégâts ? Le reconnaître, le pousser à l'erreur et le sanctionner sans faille. Pas de permission de sortie, jamais car il en profite inévitablement !

Lorsque le sadique est apprenti, il est moins courageux qu'on ne peut le supposer et les solutions existent à la racine mais pas sans un suivi quasi à vie.

La perversion ne s'abandonne pas sans qu'elle soit remplacée par une meilleure jouissance et c'est à cet endroit que le soin n'est jamais définitif car il y a addiction.


Peut-on opposer le sadisme au masochisme qui considère que la victime est consentante ?

Imaginez que vous soyez devant une kalachnikov…

Que pensez-vous de la notion de consentement.

Imaginez : la manipulation est que votre prédateur vous dit que vous êtes l'amour de sa vie (ce qui en soit est vrai, vous êtes son amour pervers et lui vous aime pour vous détruire). Comment faites-vous pour comprendre la différence ?

Qui n'a pas un besoin normal, doux et rassurant a être aimé ?


Peut-on se déstabiliser profondemment dans l'identité ?

Est-ce qu'une société entière peut être frappée par la peur de cette infiltration sournoise, par cette intention décalée et meurtrissante ?

Voilà la confiance et les valeurs qui reviennent comme des évidences.

Il n'y a que cette solution.

Elle s'agrémente d'un grand travail de réappropriation, de tri du bon grain et de l'ivraie !

Il faut le vouloir,

Il faut en avoir le temps.


Merci à tous nos anges gardiens forces de l'ordre, soignants et les très nombreux bénévoles civils dont mon équipe et moi-même faisons partis.

 

 

Sylvie BRIERE
 
Yves (2), Roger, Jean-Luc (2), Anne-Marie, Olivier, Antoine, Anne (2), Nathalie, Jean (3), Michel (2), Nordine, Lucie, Mathilde, Marie-Hélène, Luc, Jean-Pierre (3), Helena et elena, Béatrice (2), Bruno, Nicole, Sophie, Jeannine, Mehdi (2), Fabrice, Daniel, Françoise, Martine, Pierre pour les principaux…
Veuillez m'excuser si j'ai oublié quelqu'un…
Bises associatives.
 
 
Tous droits réservés article L.111-1 et L.123-1
 
 
 
Cet article est rédigé pour ce qu'il est et ne prétend pas à l'absolue connaissance.