Les vaccins

Depuis 2010, le portail de la prévention active, vous propose  :

© Marque et concept déposés.
Depuis mai 2010, pour vous Association France Prévention prévient dans de très nombreux domaines essentiels, pour ne pas subir.
Informations Solidarité Conseils
Écrivez-nous sur assoc.france.prevention chez gmail.com ou au
06 47 89 64 49
Nos articles sont la propriété intellectuelle de leurs auteurs. Ils ne peuvent être ni reproduits, ni traduits et utilisés qu'à titre limité et personnel.

 Ici, la prévention est volontaire et c'est vous qui venez la chercher.
-------©

 

Le capital santé lorsqu'il est présent à la naissance, s'entretient et se perfectionne tout au long de la vie. Les méthodes sont très diversifiées et se répètent. Dans le ventre de la mère, on fonde sa naissance ; dans la jeunesse, on fonde sa vieillesse.

-------©

 

www.ameli.fr/ Une lecture attentive de ce site et vous trouverez beaucoup de renseignements autres qu'administratifs.

------

 


Prévention par un geste simple et peu coûteux :

 

En 2016/17, de nouveaux protocoles ont été mis en place, il vous faut consulter votre médecin traitant pour les dates. Cet article vous donne les grandes lignes.

Le Quotidien du Médecin 31.08.17 Coline Carré

 

http://vosdroits.service-public.fr/  ; :

Extraits les vaccins :

Principe

Le calendrier vaccinal fixe les vaccinations applicables aux personnes résidant en France, en fonction de leur âge.

Pour la population générale (hors les cas des personnes exposées à un risque particulier ou pour certaines professions), certaines vaccinations sont obligatoires, d'autres sont simplement recommandées.

En cas de manquement à la vaccination, elle peut être punie de 1 500e. La personne qui exerce l'autorité parentale doit faire vacciner son enfant, sous peine d'amende (3750e) et de prison (6 mois).

------


Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées

Les vaccinations obligatoires sont les suivantes :

  • contre la diphtérie et le tétanos : seule la primo vaccination avec le 1er rappel à 18 mois est obligatoire ;

  • contre la poliomyélite : la primo vaccination et les rappels sont obligatoires jusqu'à l'âge de 13 ans ;

  • contre la fièvre jaune : pour toutes les personnes résidant en Guyane.

Les personnes titulaires de l'autorité parentale doivent veiller au respect de cette obligation.

Les vaccinations recommandées concernent :

  • les maladies telles que la coqueluche, la rubéole, la rougeole, les oreillons, la varicelle,

  • les infections invasives à haemophilus influenza b, à pneumocoque, à méningocoque C,

  • les infections à papillomavirus humains (pour les jeunes filles à partir de 14 ans),

  • les hépatites B et A (pour les professionnels exposés à un risque de contamination)

------


 Calendrier

À la naissance

  • BCG : uniquement pour les enfants exposés à un risque élevé (résidant en Île de France ou en Guyane, antécédents familiaux, nés ou issus de parents originaire d'un pays très touché par la tuberculose, vivant dans un habitat précaire, …). Chez les enfants à risque, la vaccination peut être pratiquée jusqu'à l'âge de 15 ans, avec un test par intradermoréaction préalable à la vaccination à partir de l'âge de 3 mois.

  • Hépatite B : pour les enfants nés de mère porteuse de l'antigène HBs, la 1re dose de vaccin doit être administrée dans les 24 heures, associée à l'administration d'immunoglobulines. Les 2e et 3e doses doivent l'être à 1 et 6 mois, puis un contrôle sérologique doit être fait entre 7 et 12 mois.

À 2 mois

1re injection contre les maladies suivantes :

  • diphtérie, tétanos, poliomyélite,

  • coqueluche,

  • haemophilus influenza b,

  • hépatite B,

  • pneumococcique (Pn7).

À 3 mois

2e injection contre les maladies suivantes :

  • diphtérie, tétanos, poliomyélite,

  • coqueluche,

  • haemophilus influenza b,

Pour la pneumococcique (Pn7), une injection supplémentaire est prévue uniquement pour les enfants présentant une pathologie les exposant à un risque élevé d'infection (prématurité, drépanocytose, infection à VIH, déficits immunitaires, cardiopathie congénitale, …).

À 4 mois

3e injection pour les maladies suivantes :

  • diphtérie, tétanos, poliomyélite,

  • coqueluche,

  • haemophilus influenza b

2e injection contre l'hépatite B ou 3e injection pour les enfants exposés à un risque élevé d'infection.

À 9 mois

1re injection pour la rougeole, les oreillons, la rubéole (ROR) : uniquement pour les nourrissons accueillis en collectivité. Dans ce cas, la 2e injection est recommandée entre 12 et 15 mois.

À 12 mois

Les injections suivantes sont prévues :

  • la 1re dose contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) pour tous les enfants ; la 2e sera faite au moins 1 mois après et si possible avant l'âge de 24 mois,

  • la 3e dose contre la pneumococcique (Pn7) ou la 4e pour les enfants exposés à un risque élevé d'infection,

Entre 12 et 15 mois

La 2e injection est prévue contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) pour les nourrissons ayant reçu une 1re dose à 9 mois.

Entre 13 et 24 mois

La 2e dose contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR)

Entre 16 et 18 mois

Les injections suivantes sont prévues :

  • la 4e injection (qui correspond au 1er rappel) contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite,

  • la 4e injection (qui correspond au 1er rappel) contre la coqueluche,

  • la 4e injection (qui correspond au 1er rappel) contre l'haemophilus influenza b,

  • la 3e injection contre l'hépatite B.

À 6 ans

Le rappel pour la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite doit être fait.

Entre 11 et 13 ans

Le rappel contre la diphtérie,le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche doit être fait.

Les 3 injections contre l'hépatite B sont prévues si elles n'ont pas été pratiquées pendant l'enfance. Les 2 premières à 1 mois d'intervalle, la 3e, 5 à 12 mois après la 2e injection.

À 14 ans

Le vaccin contre les papillomavirus humains (HPV) peut être pratiqué.

Entre 15 et 23 ans

Un rattrapage contre les papillomavirus humains (HPV) est prévu si le vaccin n'a pas été administré à 14 ans, seulement pour les jeunes filles ou jeunes femmes qui n'ont pas encore eu de rapport sexuel ou lorsque la vaccination se situe dans l'année suivant le début de leur vie sexuelle.

Entre 16 et 18 ans puis tous les 10 ans

Un rappel contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite est prévu.

Le vaccin contre la coqueluche est prévu pour les adolescents n'ayant pas eu de rappel à l'âge de 11 à 13 ans.

À partir de 18 ans

Une injection contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite doit être renouvelée tous les 10 ans.

Les femmes non vaccinées, en âge de procréer, peuvent être vaccinées contre la rubéole.

Une dose contre la coqueluche peut être injectée aux adultes susceptibles de devenir parents et n'ayant pas été vaccinés depuis 10 ans.

Entre 26 et 28 ans

Une dose contre la coqueluche peut être administrée aux adultes n'ayant pas été vaccinés depuis 10 ans à l'occasion d'un rappel décennal contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

Après 65 ans

Le vaccin contre la grippe est recommandé tous les ans.


--------

 

 En cas de retard dans le calendrier

Il n'est pas nécessaire de recommencer tout le programme des vaccinations imposant des injections répétées.

Il suffit de reprendre le calendrier au stade où il a été interrompu et de compléter la vaccination en réalisant le nombre d'injections requis en fonction de l'âge.

-----


 Vaccinations des professionnels

Certaines professions sont soumises à des obligations ou des recommandations vaccinales particulières.

Pour toute information, il convient de se reporter au tableau des vaccinations en milieu professionnel.

-------

 

Le rappels sont essentiels au maintient du taux d'anticoprs.

A lire et ensuite, à vous de vous faire votre opinion :

http://myofasciite.fr/?page=accueil

 

 

Tous droits réservés article L.111-1 et L.123-1 
Mis en ligne par Sylvie BRIERE

 
 
Notre structure ne dispose pas d'écoute téléphonique, nous agissons dans la prévention et non dans l'urgence. Mais nous sommes joignables au 06 47 89 64 49 .
Cet article est rédigé pour ce qu'il est et ne prétend pas à l'absolue connaissance.