Croire mais aussi…

 
 

CROIRE

 

 
« Croire que » rejoint « penser que »…


« Croire en » est plus compliqué mais il est possible que cette forme de croyance rejoigne le « Croire que » et inversement. Ce dernier point est d’avoir une idée ou une adhérence à quelque chose qui se transforme en une certitude ou une référence. La notion de croyance est souvent en lien avec le groupe, car les initiateurs sont peu nombreux.

Lorsque l’on se dirige dans les convictions, quelles soient religieuses ou politiques, familiales ou sociales, les sentiments d’engagement et de choix se greffent. Lorsque l’on va vers une situation religieuse, il y a ferveur, humanité et partage, en plus.

Les scientifiques ont d’autres sujets de certitudes. Ils s’appuient sur des faits (matières) et des réactions (ajout ou retrait de quelque chose sur la matière).

Les spécialistes de la pensée et des comportements se livrent à des recherches et à des conclusions qui sont encore plus incertaines car souvent plus subjectives et liées à l’éducation, l’âge, l’intelligence et les connaissances.

Mais croire est une obligation pour la nature, qu’elle soit humaine, animale ou végétale, il y a une croyance universelle et quasi spontanée en la vie. Après on la combat ou on l’intègre.


Sylvie BRIERE