L’Erreur mais aussi…

  ERREUR


Elle frôle l’innocence quand elle n’est pas répétitive mais elle entérine la bêtise, l’incompétence et/ou la méchanceté lorsqu’on la sacralise.

L’erreur est le réflexe de survie du cerveau, elle permet de laisser échapper son surplus mais elle est aussi le témoin qui autocritique les façons de faire, elle révèle que nous sommes vivants, réactifs et limités.

La douleur est la révélation de la limite du corps, l’erreur est celle de l’esprit.

 

Sylvie BRIERE