La convivialité


  Prévention par l’agréable 
Elle rejoint les principes car sans eux elle ne se réalise pas.
Être convivial n’est pas une épreuve de force, bien au contraire. Il s’agit juste de lâcher tout le petit paquet de soucis, plus ou moins lourd, qui se porte sur les épaules de pratiquement tous les humains, chacun à leurs niveaux.

Cette initiative arrive, lorsqu’elle est particulièrement réussie, à offrir un sourire, un encouragement ou une plaisanterie sympathique.
Le but est de faire sentir à l’autre un bien être, même furtif mais efficace.

Lorsque une voiture double un deux roues, un piéton, un travailleur ou un secouriste de la route, l’acte convivial de base est de s’écarter pour respecter la conséquence qu’une éventuelle peur peut créer, sans parler du danger réel que cela représente.
Les règles et les codes ne font pas tout, il faut aussi les appliquer et y rajouter un savoir-faire personnel qui en fera une marque de fabrique : la convivialité !

Le fait d’encourager par la parole est convivial et pas forcement une « séance de psychanalyse artistique », ni une future entourloupe par le ramassage de confidences ou encore une intrusion dans le MOI de Monsieur ou de Madame et/ou un rapport ridicule entre les sexes…
Cela démontre aussi que la parole est d’or lorsqu’elle est belle, une fleur verbale, quoi !
Et celui qui déclare que ça ne sert à rien, a le choix entre sentir une rose et une bouse de vache, normalement après, il devrait être moins fier !

A l’ère des voyages faciles et des couronnements individuels et collectifs (parce que je le vaux bien…), l’ingrédient de convivialité se solde, se brade et se jette. On pense rapidement que « faire des sentiments » est un superflu ou une désuétude. Il y a un moment que l’on est sur le sujet, les grands-parents des grands-parents se chamaillaient déjà pour lui. Pourtant, un ronchon du café matinal est toujours moins apprécié que le joyeux compère, partant et souriant !

La convivialité et l’orgueil font mauvais ménage.
Mais aussi la convivialité et le profit,
Convivialité et méchanceté,
Convivialité et …

A vous…

Sylvie BRIERE