Le Malentendu mais aussi…


 

MALENTENDU (S)

 

 

Dans le malentendu, il peut y avoir une crise de confiance en soi et les autres, qui rivalise entre le savoir et l’incompétence.

Il y a aussi l’étape constructive où des conquêtes restent à faire, le tour du sujet n’est pas vraiment acquis et débouche sur des enjeux au lieu de se concentrer sur l’obtention d’un résultat.

La phase de disparition de l’espoir génère un comportement négationniste qui entrave toute solution ou mise en attente. Le futur s’annule de lui-même, la communication est coupée. Les quiproquos s’ajoutent les uns aux autres par peur du lendemain.

Souvent, quelque soit le dénouement d’une conjoncture, il reste une issue. Il faut se battre pour l’acquérir, l’intégrer et lui donner son réalisme. Mais lors d’un renoncement, rien ne se fait et les méprises s’accumulent.

Un peu plus fort : le stress, relié à l’instinct de survie, trop sollicité, soit par manque de moyens (manger, dormir) soit par absence de soins humanistes, creuse des fossés de compréhension mutuelle.

 

Sylvie BRIERE