Suicide mais aussi…


 Un don, une adhésion, nous vous accompagnons https://www.associationfranceprevention.org/Bulletin-d-adhesion-740.html

Le capital santé lorsqu’il est présent à la naissance, s’entretient et se perfectionne tout au long de la vie. Les méthodes sont très diversifiées et se répètent. Dans le ventre de la mère, on fonde sa naissance ; dans la jeunesse, on fonde sa vieillesse.

----------------------


 

Notre vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=FokWayPCPas

 

 

SUICIDE

 


Cet article sera offert à la lecture que sur une demande acceptant le contenu par avance.

Sujet grave à tendance stigmatisante et culpabilisante…

et

Contrairement à la ligne de conduite que je me suis donnée pour obligatoire, dans cet article, je vais être accusatrice :)


Dans la plupart des cas, le suicide est lié à une vendetta sociale et/ou familiale, qu’elle soit cachée ou avouée. Elle vient souvent des abysses et peut très bien avoir été anodine ou déplacée (relation inadéquate et compliquée), liée à la nature (orphelin, décès d’un être aimé), mais bien plus souvent, elle est en rapport direct avec la fuite et/ou la méchanceté imposées par couches alternées ou successives envers un individu.

Les principes de base sont des refus systématiques aux besoins de première nécessité, qu’ils soient affectifs et/ou physiques, dont le manger et le dormir sont les privations les plus élémentaires mais efficaces.

Personne ne peut être dans l’équilibre sans eux et il est également clair que personne ne peut être harmonieux si, l’herbe affective et sociale est continuellement coupée sous les pieds.


Là où je passe une étape supplémentaire, c’est qu’à ce jour, en France, pour survivre, certains ont choisi de pratiquer cette technique sur celui qui lui convient pas, ne lui « revient » pas. Le phénomène n’est pas arrivé tout seul et il est en incubation et aurait une tendance à se répandre par mouvements de ressac.

Il s’agit d’une nouvelle forme de guerre, celle que l’on pourrait appeler la « guerre chaude », puisque dans certaines parties du monde (et en France), elle conduit à l’immolation.

Lorsque les luttes n’entraînent que des luttes et encore des luttes, le ressenti du suicidaire ne tient pas à se transformer en rejets ou en projections à tendances sadiques (comme les « pousses au suicide » le font). Bien souvent, l’individu n’est assez mortifiant pour « demander » d’autres blessures ou épreuves profondes. La finalité conduit la cible, au suicide par éclatement et douleur sans fond.


Certains humains n’ont pas droit aux caresses de l’âme par un décret invisible. Leur demande personnalisée n’étant pas pourvue, ils passent à l’acte de se tuer et choisissent leur destin ou l’arrêt de celui-ci. Cela touche l’origine même de leur naissance, consentie ou pas.

Et évidemment, il n’est pas question ici de fausses victimes, celles qui d’elles-même vont dans l’enfer de la décadence, juste pour prendre en otage leur entourage, échapper à leurs responsabilités ou exercer leur méchanceté sans limite.


Voir notre article Rubrique Prévention (s) Article :

http://www.associationfranceprevention.org/?Prevention-du-Suicide

©--------©

Rédigé au cours de l’année 2011, revu en sept. 2016.

_______


http://www.samu-de-france.fr ou le 15

- Pompier le 18

- Police ou gendarmerie 17

www.suicide-ecoute.fr/
Suicide Ecoute : 01.45.39.40.00

_____

Notre participation en images :


 
 Sylvie BRIERE