Les jeux vidéos & prévention

UNE ÉTUDE MENÉE PAR L’ÉDITEUR BITDEFENDER MONTRE QUE LE TEMPS PASSE SUR LES SMARTPHONES ET LES ORDINATEURS EST DE TROIS HEURES PAR JOUR A L’AGE DE 5 ANS.


 
 
 
 

 Nous sommes, à Association France Prévention, opposés aux jeux vidéos à caractère très permissifs et violents et aux vidéos ou aux circuits audiovisuels d’un gabarit humain acceptant des positions dégradantes, objectivantes de l’autre.

 On ne comprend pas comment l’aspect violent ne se pose plus, juste, parce qu’il s’agit d’un «  jeu  ».

 Le recul vis à vis de ce phénomène de société n’est pas établi.

 Mais aussi : y a-t-il une puissance lorsqu’on laisse les enfants et les jeunes, seuls, devant des tableaux hors circuit du quotidien et en grandes quantités nocturnes  ?

 Ce sujet est sans fin.
 Pour lui donner une forme possible pour tous (les producteurs, les enfants et les parents… ), il serait plus acceptable de ne pas se rivaliser sur celui qui a raison ou tort mais bien sur un constat logique : tout excès reste un excès et parfois il transforme l’essai en addiction, en déviance ou en plus clair, en danger pour soi et les autres.

Rappelons que les enfants sont et resteront des enfants et qu’il faut les accompagner à distinguer et à découvrir. Bien que parfois, il faille les lâcher aussi.

Définition : une addiction est un lien invisible entre le vouloir et le pouvoir. Je veux arrêter de fumer mais je ne peux pas. Et lorsque ce lien est irrépressible, compulsif et senti comme obligatoire, l’addiction est là.
 
 
Sylvie BRIERE
 

13 mars, Prévenir c’est donné les moyens de comprendre comment se protéger dans une situation à risques et laisser l’interlocuteur, faire ce qui lui est essentiel pour assurer sa sauvegarde. Voilà, c’est tout. Pas de film. Juste du concret.

Sylvie Michèle BRIERE, fondatrice et présidente.

Tous droits réservés article L.111-1 et L.123-1 https://www.associationfranceprevention.org/Pensee-d-un-jour-2019.html