Qui a fait quoi pour soi ?

 

Ridicule ? Trop humain ? Inutile ?

 

A ceux et celles qui m’ont « fondé » :

 

Pour mon instit. de CP, qui d’emblée n’a jamais demandé si j’étais gauchère, à accepter le stylo bille et qui m’a dit tout le long de l’année que les mots étaient ce que j’en ferai. Madame votre visage de Mamie était celui de mon avenir. Merci.

Sylvie BRIERE 14 juin 2012

---

 

A M. Le directeur d’un certain collège et Mme Le professeur Principal :

Vous M. Le Directeur, devant lequel personne ne bougeait, et vous, Madame La prof principale, qui oubliait toujours un truc, la transmission, vous saviez vous la faire passer entre vous, dans les coulisses de l’exploit qui consistait à gérer vos enfants respectifs et ceux des autres, tout en taclant de temps en temps les parents divagants.

Merci. Très beaucoup.

Ps : et je faisais déjà des fôtes d’otografe que je ne voyais pas !


A Ma patronne :
Avec un nom comme celui-ci, je ne pouvais que voir l’avenir. Très courageuse et toujours prête, femme de tête sans l’être votre handicap a été la solitude des chefs. Votre exemple n’a pas été vain, je l’ai retenu et garder au chaud pour les jours où j’en ai eu besoin.


A Mme P. :
Vous avez été ma reconnaissance, comment ne pas être la vôtre ?


Mais aussi :

à Mme Simone VIEL qui m’a permis de dire non,
"Le mal est à l’amour ce qu’est le mystère à l’intelligence." Citation de ; La pesanteur et la grâce (1940-1942)

 à M. Nelson MANDELA qui m’a permis de dire oui,
 
« Être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. »
 
Extrait du « Un long chemin vers la liberté.

à M. Gandhi qui m’a permis la paix.
« Appeler les femmes « le sexe faible » est une diffamation ; c’est l’injustice de l’homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes. »
 
Sylvie BRIERE