Inversion mais aussi…

INVERSION :

 

La base de l’inversion est de rendre essentiel ce qui ne l’est pas et de mépriser l’indispensable.

Mais la complication se confirme lorsque l’on occulte un ensemble de points indispensables pour n’en sacraliser qu’un petit pourcentage assez nombriliste ou réducteur.

Par exemple, considérer le Ciel comme l’unique fécondateur est une injure à la nature, tout d’abord, puis une négation qui aboutit à permuter un processus.

Pourquoi l’inverser et non pas l’accaparer ? En raison de la partie adverse, qui doit se placer en résistance ou en opposition et donc en revendication pour être reconnue.

La quête perpétuelle d’un absolu possessif (qui d’ailleurs à force d’absolu devient nul) valide l’inversion par le déni d’une vérité. Et c’est là que tout bascule souvent.
 

Sylvie BRIERE, fondatrice et présidente