Non mais aussi…

NON :


Le déclic qui allume les cerveaux !
NON ! Ouille, elle a dit non et moi je veux !
Et voilà sans aucun doute, l’Origine du Monde : OUINON.

Le bébé têtu, qui ne supporte pas le non, n’a besoin de personne pour lui donner l’impulsion à le contester. Il fait ça tout seul, comme un grand ! Et il peut même recommencer à l’infini, juste parce qu’il aura perçu l’impact de ce NON sur son entourage.
Le Oui pour certains équivaut à un NON et le plus souvent, c’est le NON qui est interprété comme un OUI. Normal, le refus est plus restrictif que le consentement et il entraîne l’idée qu’une barrière peut encore sauter. Ce qui, pour les athlètes du NON, est une gageure à la médaille d’or. Il y a une évidence oubliée dans ce circuit, c’est qu’un refus peut-être un véritable NON.


Sylvie BRIERE