Quelques attitudes face à un déficient visuel ?

Quelques attitudes à adopter face à une personne déficiente visuelle.

 

  • Il est préférable de rester naturel et de ne pas avoir peur d’employer un vocabulaire incluant des expressions sur la vision.

 

  • Il est préférable de s’adresser directement au handicapé et non à l’accompagnateur-trice.

 

  • La communication visuelle n’étant pas possible, il ne faut pas hésiter à parler en attirant l’attention de la personne pour qu’elle sache que l’on s’adresse bien à elle.

 

  • Une personne aveugle ne voit pas, c’est un B.A.BA souvent oublier par les voyants. Alors, lorsque vous vous adressez à elle, elle ne reconnaîtra pas forcément votre voix, donc n’oubliez pas de vous présenter.

 

  • Il est préférable de s’annoncer quand on entre dans une pièce et quand on en ressort car cela évite au handicapé de parler dans le vide et de se sentir isolé ou stupide, par exemple.

 

  • En facilitant l’accès des lieux et en dégageant les passages, en ne laissant jamais une porte entrouverte ou en rangeant les objets dangereux car ses derniers peuvent entraver voire blesser, même s’ils sont anodins.

 

  • Lorsqu’on utilise un vocabulaire dit spatial précis, il est plus constructif que les expressions « par-là », « là-bas » qui ne disent rien même aux voyants, en général. Ce sont des indications purement visuelles parce qu’elles s’accompagnent d’un geste assez souvent.

 

  • Pour présenter un siège, il suffit de mettre la main de la personne sur le dossier et de la prévenir. C’est simple mais confortable.

 

  • Pour donner quelque chose de main à la main, il est nécessaire de créer un contact pour que l’individu ne cherche pas où il se trouve, qu’il ne soit pas dans le « vide » de l’espace.

 

  • Le principe de ranger les affaires toujours à la même place évite aux non-voyants de chercher.

 

  •  Le quotidien représente une contrainte pour beaucoup de monde, seulement pour les non-voyants c’est pire et on le comprendra facilement.

Dominique BOULIER