Retraites

  ♦ La Prévention passe part une multitude de pôles qui ne sont pas que des idées.

Les mots se rattachant à l’avenir de nos aînés ne portent pas assez de bons qualificatifs.

Les seniors actifs de notre société moderne ne doivent pas non plus faire partie des oubliés de l’histoire sociale future et présente.

Sans parler de nos seniors dit « passifs » qui ne sont pas référencer par une activité professionnelle assez longue pour entrer en compte dans leur préservation de vieillesse, qui souhaitons-le sera longue et fructueuse.

Le mot est lâché nous parlons bien ici de vieillesse.

Il faut aussi insister sur la spécificité de chacun et du parcours unique relevant d’un classement ingénieux mais bien trop souvent synthétique.

Les retraités ne doivent pas être perçus comme un « passif » chiffré mais bien comme une inter activité. La valeur humaine est difficilement quantifiable et pourtant elle valide tout.

Le savoir-faire en rupture de génération est une impasse. La valorisation des aînés est un moyen de lutter contre. Faisons une place généreuse à la vieillesse et transformons-la en dotation et héritage, patrimoine.

La vieillesse grabataire représente entre 2 et 10 % des plus de 80 ans. Avant, elle reste extrêmement limitée et n’est pas en rapport unique avec l’âge, les conditions de vie générale y sont afférentes.

Allions-nous à une prévention bien utile à la mémoire positive de nos sociétés : celle de ne pas laisser pour compte ceux qui ont fait le monde, chacun à leur manière, à un moment donné.

Lâchons les grandes peurs de la vieillesse et activons nos solidarités !

 

 

Sylvie BRIERE, fondatrice et présidente


Nous agissons dans la prévention et non dans l’urgence.