Sécurité et Piétons

Prévention par les attentions

 Les piétons sont des individus vulnérables car moins rapides, un peu tête en l’air parfois et aussi beaucoup moins protégés puisque aucune carapace ne les sépare de la chaussée et de la circulation. N’oublions pas que le champ visuel d’un piéton est d’un angle très différent d’un individu assis dans un habitacle.

Le piéton porte ce qu’il a dans les mains, l’automobiliste est à l’abri, assis et au chaud.

 Lorsque l’on côtoie les piétons en ville, il y a des règles générales dans les comportements et la vitesse est limitée. Cela ne suffit pas mais il y a un ralentissement des risques.

 Lorsque l’on est en campagne ou en zone désertique, les risques se décuplent par les lieux : pas de signalisation, pas de lieux de marche, pas d’éclairage…

 Les plus jeunes sont exposés par leurs horaires de circulation, le matin et le soir. Généralement, les déplacements correspondent en hiver à une nuit/jour dont l’éclairage est aléatoire. Les bord de chaussées boueuses ou étroites obligent à marcher sur le milieu de la route et les jeunes en groupe s’étalent, aussi.

 Les gilets jaunes et les brassards ne sont pas des carapaces invulnérables. Les écouteurs sur les oreilles, les bruits de véhicules ne sont pas toujours perçus et les différences de vitesse entre un véhicule roulant et un piéton seront toujours un pôle d’aggravation.

 Quelle est la conduite à tenir ?

 Respecter les consignes de base mais aussi ne pas négliger le danger. Car souvent on ne lui attribue pas l’importance qu’il a.

Pour finir, les cyclistes sont autant concernés ou presque.

Bonne circulation attentive à tous et toutes.

 

Sylvie BRIERE