Comment le sucre abîme-t-il le coeur ?

Voilà pourquoi nous vous "cassons les yeux" à vous écrire et réécrire qu’il NE FAUT PAS être "succrivore" !! Non d’un cœur !


♦ Messieurs et Mesdames les lobbyistes… Je vous propose ceci : si vos consommateurs sont HS à partir de 40 ans… Qui paiera votre retraite ? Les BB insulines de parents insulines ?

Bon.


Citation : "Comment le sucre en excès abîme le cœur

  • Par Laurent Giordano
  • Publié le 08/04/2018 à 08:00

Pression artérielle élevée, mauvais cholestérol… À la longue, le sucre à haute dose est néfaste pour le système cardiovasculaire.

Publiés en août 2017 dans le journal médical The Lancet, les résultats de l’étude scientifique PUREont de quoi calmer l’appétit des amateurs de sucreries. Il s’avère en effet que les gros mangeurs de sucres (pâtes, riz, pâtisseries, sodas…) sont victimes d’une nette surmortalité par rapport à ceux qui en consomment « normalement ». Menée pendant sept ans sur quelque 135.000 volontaires de 50 ans et plus, dans 18 pays aux coutumes alimentaires variées, cette étude est une référence dans le domaine des travaux d’intervention où l’on compare, sur le long terme, l’impact des différents régimes alimentaires . Tous les paramètres ont été ajustés afin de n’évaluer au final que la composante nutritionnelle. Résultats : quel que soit le mode de vie, à la longue, les sucres à haute dose s’avèrent néfastes."

« Si la consommation de glucides atteint 60 % des apports caloriques journaliers, alors que la recommandation moyenne est de 50 %, précise le Pr Nicolas Danchin, cardiologue à l’hôpital européen Georges Pompidou, à Paris, on constate alors une augmentation de 13 % de la mortalité d’origine cardiovasculaire. Ce phénomène s’amplifie si les proportions augmentent.

…/…

Et comment l’excès de sucres nuit-il à la santé cardiaque de ceux qui n’ont pas de diabète ? En favorisant l’apparition d’un syndrome métabolique, autrement dit en modifiant la chimie des glucides et des graisses dans l’organisme. La cause principale est la sécrétion répétée et fréquente d’insuline, une hormone permettant normalement de réguler la glycémie. L’excès de glucides à digestion rapide maintient de manière chronique un taux d’insuline trop élevé dans le sang, ce qui à la longue dérègle le métabolisme."

Fin de citation.