Contraception, vrai ou faux ?

sexualité, femmes, hommes, contraception, enfants, maladies, grossesse, médecin.

Contraception, vrai ou faux ?

Le capital santé lorsqu’il est présent à la naissance, s’entretient et se perfectionne tout au long de la vie. Les méthodes sont très diversifiées et se répètent. Dans le ventre de la mère, on fonde sa naissance ; dans la jeunesse, on fonde sa vieillesse.

*****

VRAI

1 - Les préservatifs sont remboursés par la Sécurité Sociale à partir d’une prescription d’un médecin ou d’un.e infirmier.e/sage-femme.

Les préservatifs sont les SEULS garants contre les IST (Infection Sexuellement Transmissibles) et les maternités indésirées. Mais attention, ils ne sont pas infaillibles, plus fiables contre les IST et les grossesses mais pas infaillibles.

Les préservatifs doivent être méticuleusement portés et surtout, leur qualité reste un facteur de réussite prédominant.

REALITE

2 – La contraception par pilule, patch, implant, ou stérilet est un choix qui se pose avec le médecin et parfois, le partenaire partage l’expérience. Elle correspond à un confort autant pour la femme que l’homme.

Le stérilet n’est pas réservé aux femmes ayant déjà eu un enfant.

L’efficacité des contraceptifs est un sujet d’explication avec le médecin.

FAUX

3 – PILULE DU LENDEMAIN, elle n’est pas une contraception mais bien une lutte contre une grossesse non désirée.

Son efficacité est au plus à 120 h après un accident ou oubli de contraception, un rapport non protégé.

Sur ordonnance, elle remboursée par l’Assurance Maladie et pour les mineures, elle peut être obtenue gratuitement et anonymement, en pharmacie.

VRAI

4 – Une sage-femme est autant habilité qu’un médecin à la prescription initiale d’une contraception.

VRAI

5 - La pilule est un choix précis que le médecin ou la sage-femme accompagnent en fonction du profil médical de l’utilisatrice.

Source d’informations « Essentiel santé magazine » N° 55.

Tous droits réservés article L.111-1 et L.123-1