ÉCOLOGIE mais aussi…

ÉCOLOGIE mais aussi…

 

Les informations se rajoutent les unes aux autres et se saturent, s’évitent, se contredisent mais rarement, elles arrivent à se multiplier après une ou des concertations d’ententes et des mises à plat (même dans les fameux breafing) et surtout elles n’aboutissent pas souvent à de belles transformations. Dans une idée innovatrice ce qui est à retenir est le principe d’innovation, souvent imparfait ou incomplet et repris par des partisans du pour ou du contre avec un tas de variantes intermédiaires.

La véritable écologie est mettre en route un principe fondateur de protection de la nature ou de tout autre chose (humain, esprit, enfant…) puis de le parfaire en peaufinant les détails à l’infini. La base de se perfectionnement étant l’ouverture, le dialogue et la rupture de frontières de handicaps. Pour cette réalisation, une méthode de l’essentiel est un référentiel de technique d’applications puis on y rajoute le croisement de l’information ou le recoupement, pour établir des connexions insoupçonnées.

Si le tout n’est pas validé par un caractère d’intégrité et de recherches (dans le sens stricte de recherche scientifique avec expérimentation) que l’on y rajoute les connotations personnelles exclusivement négatives, la faculté d’écologie disparaît sous le joug d’à priori et d’imperfections qui seront les pailles dans l’œil du voisin pour aboutir à la poutre chez soi.

La première, toute première écologie, est donc de faire un grand coup de ménage puis de se lancer dans la bataille de l’essentiel ou de l’absolu sans installer la terreur, en y mettant le doute et enlevant une éventuelle incompétence. Pas facile tout de même !

Sylvie Michèle BRIERE