Mots de la Présidente et législatives de juin 2022

Élections, déménagement, proximité, engagement, ancrage, quotidien, Futur

A travers les années passées, j’ai vu ce que je ne voulais pas voir dans mon pays, ma France !

Cela remonte à loin ! Les vagues ont été très ombrageuses et à ce jour, elles se positionnent pour une confrontation virile.

Ce sera sans moi. D’abord je ne suis pas virile et je reste une femme. Etre femme ne dit pas calme et pacifique mais dans mon cas, oui. Enfin, je tente.

Ensuite, je dois vous expliquer pourquoi la violence autant verbale que physique ne me conviennent pas du tout.

Mon père est né deux mois avant la déclaration de la seconde guerre mondiale. Au cas où cela ne met pas le climat dans lequel il a été bébé, je vous explique. Parfois, le devoir de mémoire passe par un bébé inconnu qui a été protégé par des soldats inconnus mais qui a quand même connu les trous béants des obus dans le sol de Rouen.

Ma mère vivait « en campagne » et ses souvenirs ont tourné autour des aviateurs tués par les batteries allemandes, avant d’avoir touchés le sol. Je peux en raconter d’autres épisodes…

Rien à voir avec les jeux vidéos et le canapé de la jeunesse d’aujourd’hui, rien à voir avec des contrats d’apprentissages encadrés par un employeur, les parents et l’organisme formateur…

Je pourrai être assez longue pour expliquer comment on vit la guerre lorsqu’on est un enfant et comment on la fait revivre à ses descendants.

Par contre, je suis beaucoup plus brève en ce qui concerne les guerriers en coton et autre ouate actuels qui n’ont rien connu d’un blockhaus et qui ont même l’envie de créer une table d’hôte dedans…

La paix amène l’irresponsabilité et la mollesse dans la recherche de la violence !!

« Allez voir comment qu’on réfléchit, nous les humains !! »

Dans l’obstination associative et non politique, mon engagement pour la France n’est pas fictive. Ceux qui vous disent que je retourne à Paris car je suis restée parisienne, ont tort et raison.Tort car je ne pars pas du département, je change juste de manière de vivre. Raison car Paris m’a forgée et je ne déboulonne pas mes 45 ans de vie parisienne. Je suis d’accord pour écrire qu’un territoire qu’il soit citadin ou qu’il soit rural reste celui qui a formé.

« Et manque de bol », j’ai été très chouchoutée par une mamie rurale ultra solide (deux guerres et un mari en handicap). Elle avait un tel bon sens que nos rares rencontres m’ont donnée une envie d’être enracinée dans mon pays, la France. Même si cette France semble avoir plusieurs inconvénients à faire subir si l’on veut rester libre.

Ah ! La liberté ! Celle qui empêche de tuer de très jeunes parachutistes ou des bébés mais qui en tuent malgré tout !

Chacun sa façon et ses forces pour s’inscrire dans le refus d’une dégringolade historique.

Comment ne pas reprocher beaucoup de torts aux ’autres’ quand tout est sur une béquille ?

Ne croyez pas que si je quitte le pays cauchois, c’est pour vous oublier, aucun risque. Ce serait une erreur car je me transporte juste à quelques kilomètres pour être dans un logement plus adapté.

Ma famille compte toujours autant et je souhaite faciliter le temps dont elle a besoin pour l’équilibrer.

L’équilibre des uns et celui des autres, je vais poursuivre à mon rythme et en fonction des reliquats d’espaces que laisseront « les ceux qui me cassent la tête en parlant à ma place depuis trop longtemps ».

Et puisqu’on en est là, la prévention que les extrêmes qualifient très mal, va poursuivre son chemin. Pour le moment, elle est en mode sourdine car franchement à quoi sert de faire des efforts que Don Quichotte lui-même qualifierait de moulins à vent ! Seulement, la prévention étant ce qu’elle est, elle ne s’efface pas par un geste de souris et elle prend ses forces pour poser les sujets essentiels.

Pas d’inquiétudes, les mots colère, regret et autres de ce genre ne sont pas retenus. Décision, fermeté et utilité sont gravés.

Venons-en aux futures législatives de juin 2022. Je vais faire tout mon possible pour soutenir l’équipe sortante de Cany Barville menée par Xavier BATUT dès qu’elle annonce sa candidature.

Ce n’est pas pour leurs beaux yeux ou parce que l’on s’est fait une promesse cachée qui avantagerait mon nouvel emménagement. Malheureusement, non ! Même pas !

Il s’agit juste d’encourager ce qui n’a pas été essayé dans la 10e circonscription de cette Seine-Maritime et qui apparaît clairement en conclusion du premier mandat de Xavier BATUT.

N’imaginez pas que Xavier dispose d’une grande marge… Chez moi, le vote est sur la preuve.

C’est écrit.

Pas d’inquiétudes, je ne pars pas après 21 ans de pays cauchois, j’aménage ma retraite.

M’en donnerez-vous le droit ?

Les Marinette(s) et compagnie, vous ne m’aimez pas et je ne l’ai pas rendu jusque là, alors soyez lucides, cessez de chercher je suis face à vous et encore debout !

A très bientôt, je vais reprendre mes posts avec photos… J’adore être une mamie gâteau et chiante tout à la fois !

Sylvie Michèle BRIERE

Legislatives
Revenir en haut