Paracétamol & dosage

Association France Prévention pose le sujet grâce à l’extrait de l’article ci-dessous.

POURQUOI LES FRANÇAIS SE METTENT-ILS A CONSOMMER AUTANT DE COMPRIMES ANTI-MAUX DETE ?

Nous avons quelques réponses comme celle de l’instabilité de l’ensemble du monde… Et du pays… Peut-on l’écrire ? Lisez nos commentaires en bas de page pour le savoir.

Les fortes doses de paracétamol en question

Bénédicte » Gatin - Le Généraliste

| 21.03.2018

L’agence du médicament pointe une hausse des consommations de paracétamol en France, avec une poussée des fortes doses.

La France a-t-elle la main lourde sur le paracétamol ? Une étude de l’ANSM publiée dans The British Journal of Pharmacology pose la question. Ce travail décrit pour la première fois l’ensemble des consommations d’antalgiques dans l’hexagone, ainsi que leurs évolutions au cours de la dernière décennie, et les compare à celles de nos voisins européens. Pour cela, les auteurs ont passé au crible l’intégralité des chiffres de ventes de boîtes d’antalgiques rapportées à l’ANSM par les laboratoires entre 2006 et 2015. Tous les circuits commerciaux (OTC ou sur prescriptions, officine de ville ou pharmacie hospitalière) ont été pris en compte.

Avec 123 doses définies journalières (ou DDDs) délivrées pour 1 000 habitants en 2015 contre 133 en 2006, la consommation globale d’antalgiques a légèrement baissé en France (- 7 %).

Une forte poussée du paracétamol 1 g

En revanche, sur cette période, l’utilisation d’antalgiques non opioïdes s’est envolée, portée essentiellement par une hausse conséquente du paracétamol (progression de 53 % des DDDs en 10 ans).

À l’inverse, l’aspirine recule tandis que les consommations d’ibuprofène et autres AINS sont globalement stables.

Plus que l’augmentation du nombre de boîtes de paracétamol vendues, l’étude de l’ANSM pointe surtout une montée en puissance des fortes doses, avec un recours accru aux dosages à 1 gramme (+ 140 % en 10 ans) et un léger recul des formes 500 mg (- 20 %). « Cela pose un vrai problème en termes de gestion du risque : on constate qu’une grosse part de la population française est exposée à des doses importantes de paracétamol », explique Patrick Maison, directeur de la surveillance à l’ANSM et co-auteur de l’étude.

Même si la publication de l’ANSM ne porte pas sur cet aspect, la faible efficacité du paracétamol dans certaines indications (type lombalgie ou gonarthrose), pointée dans plusieurs études récentes, pourrait aussi expliquer la tendance inflationniste en matière de posologie.

Actuellement, « le paracétamol est la première cause médicamenteuse de greffe hépatique », insiste Patrick Maison, qui invite à « prendre l’habitude de prescrire du 500 mg plutôt que du 1 g. d’emblée ».

Ajoutons le « côté sentimental » de la chose : le paracétamol est d’accès libre et il devient un doudou du soin, il apaise, il apprivoise comme un placébo sauf qu’il n’est pas neutre sur la santé ! Soyons vigilant sur l’auto-médication, celle qui console les angoisses, le stress, les désespoirs.

Etre humain, c’est parfois avoir de la peine, juste de la peine pas plus. Mais cette dernière s’aggrave lorsqu’on ne la comprend pas naturellement par la reconnaissance, la gentillesse et la tranquillité de quelques moments posés.

La solitude existe. Elle est silencieuse, infiltrante, désespérante.

Pensons à nos enfants, pensons à nos parents, pensons à l’autre…

La réconciliation d’une population s’affiche certainement par sa capacité à prendre soin de sa santé en respectant les consignes vérifiées, prouvées depuis longtemps.

Sylvie Michèle BRIERE, Fondatrice et présidente