Intolérance au gluten ?

  • Intolérance au gluten : un régime sinon rien !
  • À ne pas confondre avec l’allergie, l’intolérance au gluten reste souvent très mal diagnostiquée. Aussi appelée maladie cœliaque, elle contraint les personnes atteintes à un régime strict. Quels sont les premiers symptômes ? Dans quels aliments trouve-t-on du gluten ?
  • Par La rédaction d’Allodocteurs.fr
  • Rédigé le 21/10/2009, mis à jour le 08/07/2014
  • On peut s’en apercevoir dès la petite enfance mais parfois le diagnostic est plus tardif… L’intolérance au gluten, qu’on appelle aussi maladie coeliaque, touche près de 150.000 personnes en France selon l’Association française des intolérants au gluten. Il faut alors revoir toutes les habitudes alimentaires car le gluten, qui attaque l’intestin grêle et provoque ballonnements et douleurs abdominales, est omniprésent. On le trouve dans le pain mais aussi dans tous les types de pâtes et dans de nombreuses préparations culinaires.
  • Le gluten est un mélange de protéines combiné avec de l’amidon. Il est présent dans plusieurs céréales, dont le blé, l’orge et le seigle. Il assure la cohésion et l’élasticité de la pâte. C’est une sorte de liant pour les céréales, d’ailleurs le terme gluten signifie la « colle », en grec.
  • Certaines personnes développent une intolérance digestive à l’un ou à plusieurs composants du gluten, ces composants diffèrent selon le type de céréale. Si on prend l’exemple d’une personne sensible au gluten et qui ingère un aliment à base de blé, elle va développer une réaction immunitaire dirigée contre une substance spécifique au blé : la gliadine. Quand cette gliadine arrive au niveau de l’intestin, le système de défense s’emballe et produit des anticorps qui vont agir uniquement au niveau intestinal. C’est pour cette raison qu’on appelle aussi cette intolérance : la maladie cœliaque. Ces anticorps vont attaquer les cellules intestinales en désorganisant leur structure et leur fonctionnement.
  • Résultat : une atrophie des villosités, autrement dit la partie de l’intestin qui absorbe les nutriments est partiellement détruite. Du coup l’intestin n’arrive plus à absorber les différents nutriments. Progressivement, cette malabsorption conduit à des carences en calories et nutriments essentiels comme les protéines, les vitamines ou encore les minéraux, en particulier le fer et le calcium. Quand il s’agit d’un enfant, on observe en plus d’un amaigrissement, de l’anémie et un retard de croissance.
  • Bien que cette intolérance fasse intervenir le système immunitaire, il ne faut pas la confondre avec les allergies alimentaires. Face à une intolérance au gluten, le système de défense ne produit pas les mêmes anticorps que dans une allergie (il produit des IgA, IgG et non des IgE). Du coup, ni la cible ni les signes ne sont les mêmes. Dans le cas de l’intolérance au gluten, les signes sont strictement digestifs. Ils se traduisent le plus souvent par des douleurs abdominales, une diarrhée et des ballonnements. Ces symptômes apparaissent progressivement dans le temps et non brutalement comme dans le cas d’une allergie.
  • Pour les intolérants au gluten, les courses et l’alimentation du quotidien requièrent une grande vigilance !