Le Port d’un masque et ses effets

Les gestes dit barrières sont tout de même une bien belle disposition qui sauve des vies.

Association France Prévention a interrogé librement une centaine de personnes sur leur expérience du masque au quotidien, de septembre 2020 à ce jour 17 février 2021.

***

Pour cette nouvelle étape de la pandémie, j’opte personnellement pour une prudence marquée et j’applique les gestes barrières comme durant le 1er pic de la pandémie. Je porte aussi le masque le plus possible et j’attends les futurs résultats.

Je pense à tous ceux et à toutes celles qui sont décédés, aux soignants, à la maladie que je ne veux pas pour moi et encore moins pour les miens. 4 nov. 2021

***

Chacun a donné un ou plusieurs avis dont certains sont consignés ci-dessous.

1 - Tout le monde est devenu unanime sur la capacité de protéger et personne ne conteste l’équipement dehors.


2 - Les usagers sont un peu plus tendus lorsqu’on leur demande s’ils portent un masque à la maison. Pour ce qui est du lieu de travail, il y a des inégalités comportementales en fonction de l’exposition à la clientèle ou aux collègues, par exemple.

Jusqu’ici tout est dans une « norme » de réactions.


3 - LE MASQUE PROTÈGE, c’est acquis.


4 - Les parents sont d’accord pour dire qu’avec la baisse du prix des masques chirurgicaux, il s’agit d’une dépense supplémentaire incontournable, malgré tout.

Le masque en papier enlève le lavage à 60° et la disponibilité des masques est plus pratique.


5 - La dépense n’est pas le seul sujet. Les enfants ont besoin d’un apprentissage et d’une surveillance pour pratiquer les gestes barrières. Les masques en tissus doivent être lavés et surtout entreposés dans un endroit alternatif entre le retrait du visage et le lavage. Un simple sac de plastique est souvent le recours rapide. Pourtant, dans les conditions écologiques actuelles, la solution apparaît moins spontanée.

Les masques chirurgicaux doivent être éliminés de façon à ne pas contaminer les mains ou des surfaces, nous disent les adultes attentifs.

*

Les parents surveillent la bonne exécution des protocoles et ils ont l’obligation naturelle de répéter les explications même si elles semblent comprises. Les parents connaissent bien leurs enfants et ils adaptent leur transmission.


6 - Tout le monde a été unanime sur le gel hydroalcoolique et il n’est pas contesté. Il est vu comme protecteur mais pas toujours agréable à l’usage surtout lorsqu’il est trop liquide.

*

Des adultes ont mis au point d’autres méthodes pour lutter contre la covid. Ils utilisent des lotions d’eau de cologne bon marché ou des liquides pour la vaisselle.


7 - Les témoins, qu’ils soient plus ou moins âgés, évoquent que leur souffle est ralenti ou contré et qu’ils ont moins de facilités pour porter des charges. Ils s’essoufflent dans les escaliers surtout si la chaleur ambiante est élevée.

*

Cet inconfort se concrétise par une transpiration supérieure à la moyenne, un sentiment « d’accélération du cœur », sur une fatigabilité accrue, un besoin de boire et parfois des maux de tête.

Le télétravail permet de protéger certains travailleurs. Pour ceux qui se trouvent exposés aux passages d’une clientèle ou de patients, ils évoquent plusieurs solutions que l’on pratique un peu partout. Les pauses un peu plus fréquentes, le lâcher du masque en zone protégée, boire de l’eau souvent, moins fumer, faire de la marche dès que c’est possible, pratiquer des mouvements de gymnastique douce pour activer la circulation du sang dans les membres inférieurs et le cœur… Chacun à ses petites méthodes et du moment qu’elles font plaisir et qu’elles soulagent, elles prouvent leur efficacité.


REMARQUES :

Association France Prévention remarque que le masque sous le menton après une exposition publique, n’est pas prudent. La contamination du masque a pu avoir lieu et, soit on le jette, soit on l’isole dans un emballage hermétique pour le laver à 60°.

*

Les enfants sont d’une taille très inférieure aux adultes et le gel hydroalcoolique dans les espaces publics peuvent éclabousser leurs yeux.

ATTENTION : une goutte de gel dans un œil et il n’y a pas beaucoup de solutions : LAVER INTENSIVEMENT LE VISAGE ET LES YEUX.

VOUS RENDRE A L’HÔPITAL en urgence.

*

Les masques ne doivent pas être touchés car les mains s’en trouvent salies. Il est bien plus prudent de prendre les élastiques pour enlever ou remonter le masque. Si l’on touche le masque par oubli le gel devient un ami pour nettoyer les mains. Le gel ne remplace pas le lavage de mains pour se débarrasser de la saleté.

*

Il est important, comme il est dit plus haut, d’isoler le masque après son usage dans un sac hermétique puis de le recycler en lavage ou de le jeter dans un autre endroit comme une poubelle.

*

Le passage du gel hydroalcoolique autant que possible (avant, après une immersion dans un espace public).

*

Les masques doivent être changés à chaque nouvel usage. Et la limite de deux heures reste une consigne pour changer de masque.

*

LE BON SENS d’une distance entre les personnes permet au virus de se trouver CONTRE, FATIGUE, pour son mauvais rôle de transmission !!

*

A VOUS DE VOUS BATTRE AVEC LES VÔTRES CONTRE LA COVID-19 !!

Sylvie BRIERE, fondatrice

FRANCE PRÉVENTION NE COLLECTE PAS D’ADHESIONS, NI DE DONS.

Revenir en haut