L’Honneur mais lequel ?

HONNEUR :

Je jure sur l’honneur !

Comme tout engagement, qu’il soit pour la Nation, le mariage, la mise au monde d’un petit…. l’honneur devrait s’en mêler, accompagné de la décence et/ou de la conscience de l’ensemble. Donc à ce niveau, il est question de vœux de sincérité.

On peut s’attacher à un autre aspect qui est celui de la considération en relation avec un rang, un service ou une utilité reconnue. Puis, il y a la partie morale qui s’attache au mérite ou au courage et même à la vertu ou à l’abstraction, voire l’abstinence.

Les honneurs peuvent prendre une forme visible quand on les rend et qu’on leur attribue une ou des récompenses.

Certains usent de dispositions particulières pour se remplir d’honneur et d’autres le bafouent autant que leur énergie peut le faire. Et enfin, il y a ceux qui y sont indifférents et ceux qui ne le reçoivent jamais.

Tous ces aspects ont un rapport direct avec l’estime de soi et par extension de l’autre. Ils ont l’obligation d’être vivants et positifs, si l’on veut que la mémoire mais aussi la vie soit acceptée comme un bienfait, une générosité et une envie.

Tous droits réservés article L.111-1 et L.123-1

Sylvie Michèle BRIERE, fondatrice